Social Network Badges

L’introduction en Bourse des PME/ETI

 En octobre 2009, Christine Lagarde, alors ministre de l’Economie de l’Industrie et de l’Emploi, annonce 15 mesures pour relancer le marché des PME cotées.

L’objectif principal était que NYSE Euronext double son nombre de sociétés cotées sur Alternext en 18 mois. 

Ce lundi 27 mai 2013, se tenait Place de la Bourse, dans le second arrondissement de Lyon, un «

Grand débat autour de la Bourse », à l’occasion du lancement du livre « 10 questions pour une introduction en Bourse » de Rémi Le Bailly – Rédacteur en chef d’Investir – Le journal des Finances.

L’auteur présente sans complaisance l’état du marché, les besoins des entreprises et les perspectives.

L’introduction en Bourse est aujourd’hui devenue une étape complexe de la vie de l’entreprise. A titre d’exemple, dans les années 90, un document de 40 pages était suffisant ; il récapitulait l’état actuel de l’entreprise et ses ambitions dans la perspective d’une introduction en Bourse. Aujourd’hui, le document qui accompagne l’entrée sur le marché coté d’une nouvelle société fait environ 300 pages ! Ce durcissement de la règlementation peut représenter un frein pour les PME/ETI. Mais si cette introduction est mise en place au bon moment, avec les bons acteurs (actionnaires), et que l’entreprise ne minimise pas l’importance de sa communication; alors de nombreux avantages peuvent en découler : le renforcement de la notoriété bien sûr mais surtout l’indépendance financière via l’augmentation de son capital par le marché par exemple…

Jean-Michel Berard,  Président du directoire d’Esker, souligne l’importance des partenariats mis en place avec ses actionnaires « c’est mieux d’avoir 4 000 petites actionnaires, que deux gros ». De plus, il indique que « la communication doit être franche et constante dans le temps, l’honnêteté et la transparence sont deux éléments reconnus par le marché ». D’où l’importance de communiquer en plusieurs langues. A titre d’information, les entreprises cotées en Bourse connaissent un fort taux de croissance de leur CA sur les marchés internationaux depuis ces dernières années. Sur cet axe, les sociétés de traduction ont un rôle essentiel à jouer, tant sur la partie financière qu’activités. A un moment où les banques sont plus frileuses face à ce type d’opérations en raison de la crise financière de 2008, de bons partenariats financiers et une excellente communication multilingue restent donc deux atouts fondamentaux pour réussir son introduction en Bourse.

 Caroline Barbier

Commentaires

Dites nous ce que vous pensez.

Aucun commentaire sur cette news pour le moment.